· 

Science ou fiction: Passé Présent Futur: Une histoire de conscience!

La "cellularisation" et la conscience des besoins de l'être dans la matière !

Deux façons de voir les choses en science:

^^Conscientiser la matière: Quoi de neuf? :Muter.Changement de programme! Créer du neuf et détruire le vieux programme obsolète .

^^Transformer la matière: Créer du neuf à partir du vieux.Recycler ce qui ne sert plus.

 

Science ou Fiction; "Les créatures du temps": L'homme: "Le pont" mais quel pont?

 L"égo l'image d'une conscience créative !

 

Le féminin, l'esprit, l'anti-matière, le double invisible manifeste le masculin, la matière en fonction des besoins de la conscience de l'être.

L'être se renouvelle à chaque instant et engendre une mémoire instantanée (vive) de sa présence.

Tout ce qui se trouve dans le passé et le futur sont des mémoires cristallisées en voie de disparition  ou d"actualisation de l'histoire de moi.

L'histoire se déroule dans le présent de ma conscience, ma réalité. Dans le passé , je n'y suis plus puisque je suis ici, il ne reste donc que l'histoire de moi, mais ce n'est toujours pas moi; Quant à mon futur, je l'écrit et le vit maintenant,. Ce que je projette est l'histoire que j'aimerais vivre, ce n'est encore une fois "pas moi," mais toujours l'histoire de moi et tout est renouvelé, nouveau, à chaque instant.

La présence c'est la conscience d'être l'immortel qui vit toutes les histoires qu'il veut bien écrire! avec" les cartes" qu'il a créé pour les vivre . J'accepte de me renouveler sans  cesse et je répond à mes besoins conscientisés face aux évènements et au milieu dans lequel j'évolue.

Vouloir m'immortaliser en tant qu'égo,  c'est me perdre dans l'identification à l'histoire et finir par pensée que je meurs avec l'histoire. La pensée réfléchie est un déplacement dans le temps de la conscience vers le moi qui a acquis la connaissance, une mémoire,  une perte de conscience de ce que je vit maintenant ou je ne suis plus, un déplacement de ma conscience qui me déconnecte du savoir instantanée, mémoire vive, de mon intelligence dans la réalité

Moins je suis présent, moins je suis conscient, moins je suis intelligent et moins je suis réel.

 

L'égo est le "dragon" le gardien de l'illusion de la séparation qui maintient le trésor l'être dans la création séparé du monde extérieur par la perception mental de "les-sens" ; Le maintient de l'être immortel dans l’identification à la forme. La potentialité de l'histoire que je vit en tant qu'être c'est à dire le changement permanent de l'actualisation de ma présence par l'esprit créateur

 .

En tant que créature du temps; je suis le véhicule pour me déplacer, en tant qu'être créateur, dans ma création.Je peux donc changer de véhicule, de forme qui n'est que l'illusion de ce que je suis.

En tant que présence consciente, je suis l'espace immatériel, intemporel, je suis en dehors de la création. Je n'ai ni commencement ni fin. je suis l'essence, l'essentiel à mon maintient, l'essentiel à ma survie, l'essentiel à ma vie, l'essentiel à la conscience de la vie ici et maintenant.

Je suis par ce "JE"u la conscience, le savoir absolu, la science de mes besoins nécessaires à mon maintient ici et maintenant.

Je suis dans l'absolu l'intelligence suprême, la fusion qui sert à maintenir mon être dans la création, l'effusion, le fractionnement de ma conscience.

La croyance me conditionne à penser que j'ai un corps, que j'ai des choses, alors que je suis cela ou pas selon mon degré d'identification à cette illusion.

Je nourris la croyance tant que j'ai besoin de croire. En tant qu'homme ignorant, qui se conscientise, cela me sécurise et me permet d'espérer en attendant de savoir qui je suis et pourquoi je suis ici?

Je ne suis pas venu ici pour lutter et souffrir pour survivre.

En réalité je suis celui qui tient la manette du "JE"u, le joueur.

 

Tant que je ne suis pas conscient du jeu, si j'aime être le héros , le sauveur, je vais nourrir, inconsciemment, tous les jeux de rôle de ceux qui se croient victimes ainsi que ceux qui se croient bourreau en les renforçant dans leur identité(identification au rôle) pour que je puisse les sauver et vice-versa et en même temps souffrir de l'illusion de mon impuissance en tant qu'égo..

Pour celui qui se croit victime, il va nourrir en 'énergie le sauveur et le bourreau en pensant que quelqu'un va venir le sauver.

Lorsque je suis suffisamment conscient pour sortir du "JE"u, j'arrête de me perdre dans le "JE"u, je perçoit avec beaucoup de recul, celui nécessaire à l'observateur conscient, le joueur.

l'homme en présence, fusionné dans sa conscience, est un joyaux de la nature en évolution: "L'être humain"

C'est donc avec beaucoup d'humour qu'on tourne la page ! pour oublier l'histoire et revenir à l'essentiel, la source de ma présence ici

 

Le mental de l'homme coupé de l'instant présent, sa présence, son savoir, sa science n'a aucune idée de ce qu'il "est" par ses connaissances, mémoires obsolètes  "effusées" dans le temps, fractionnement de la conscience de perceptions diffusent, tantôt matérielles, tantôt immatérielles.

Plus je conscientise la matière, plus je conscientise mes créations et plus je peux descendre dans ma création sans souffrir de me perdre, d'être abandonné ou de mourir en tant que créature du temps, mémoire du fractionnement de ma conscience dans l'espace que je suis; la présence.

 

En conclusion: Ce qui fait le plus peur à l'homme c'est la toute puissance de l'être qu'il est au point de ne pas pouvoir assumer de prendre sa place ! Peur  d'écrire sa propre histoire ,infini, sans avoir le besoin d'être une mémoire vivante de qui il à été ou de qui il sera; Il "est" de toute façon.

Peur de dépasser l'illusion de ses connaissances " la réflexion" de l'égo  par le fusionnement de sa conscience mental à la conscience de  l'être: la source de son intelligence; d'en finir avec les programmes obsolètes, de muter pour donner une autre dimension à sa présence ici LE POUVOIR DU MOMENT PRESENT !

 

Tout ce qui "est" source n'est pas "mémoire" . L'égo est la mémoire de la forme, l'image.

Alors si" je soigne mon image", je nourris mes mémoires, pas "moi" la source  !

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0